La Coccinelle asiatique Harmonia axyridis (Pallas, 1773) : Présentation

 


La Coccinelle asiatique est une espèce de grande taille. Les adultes ont en général une taille supérieure à 7mm même si celle-ci varie entre 4.9 et 8.2mm (OTTART, 2005). Ce qui en fait l'une des espèces de coccinelles les plus grande de notre entomofaune avec la Coccinelle à 7 points Coccinella 7-punctata.

 


La coloration élytrale est très variable puisqu'elle varie du jaune-orangé au rouge et certains individus sont noirs. Au sein d'une même population, il peut être observé des individus sans tache et d'autres avec des élytres ornées de 1 à 9 points. D'après IABLOKOFF-KNHZORIAN (1982), 120 formes de coloration élytrale différentes ont été identifiées sur la base de critères morphologiques mais seulement 32 formes ont été validées à l'aide d'analyses génétiques. [voir la planche des formes]

 

     


Les motifs du pronotum sont également variables même si trois grands types sont notés :
- dessin en forme de patte de chat : 1 tache centrale noire entourée de 4 taches noires en demi-cercle,
- une tache en forme de M (souvent consécutive à la fusion des différentes taches présentes),
- un trapèze plein.

Cette variabilité fait que des confusions sont possibles, pour les personnes non averties, avec des coccinelles indigènes, en particulier avec celles présentant un polymorphisme important : la Coccinelle à 10 points Adalia 10-punctata, l'Adalie à 2 points Adalia 2-punctata, la Coccinelle à 4 taches Harmonia 4-punctata ou encore la Coccinelle zig-zag Oenopia conglobata.

[Critères de distinction de la Coccinelle asiatique avec les coccinelles autochtones]

L'identification des larves est plus aisée. Pouvant mesurer près de 10mm, elles sont couvertes d'épines souples. Leur coloration est généralement noire ou gris-bleu foncée et elles possèdent deux bandes dorsales parallèles oranges située sur les segments abdominaux 1 à 5. Entre ces deux lignes, les segments 4 et 5 portent chacun une paire de tubercules oranges. Attention de ne pas la confondre avec la larve d'Harmonia 4-punctata morphologiquement proche (voir la larve) mais qui n'est pas colorée sur le segment 5. Cette dernière ne possède que deux points centraux.

 


Le terme "Coccinelle asiatique" est essentiellement utilisé en France et en Belgique. D'autres noms vernaculaires sont utilisés de par le monde. Ils rappèlent dans certains cas, l'origine de l'espèce, l'importante variabilité de coloration ou encore la période d'apparition (le cas d'Halloween qui correpond à la période où les coccinelles commencent à rentrer dans les maisons) :
- Multicoloured Asian Lady Beetle,
- Halloween Lady Beetle,
- Japanese Lady Beetle,
- Asian Lady Beetle,
- Southern Lady Beetle,
- Coccinelle arlequin,
- Harlequin ladybird...

Arboricole, la Coccinelle asiatique est une espèce polyphage qui se nourrit principalement de pucerons mais aussi de cochenilles, de psylles, d'acariens... Si la nourriture vient à manquer, elle est capable de se nourrir des oeufs ou d'autres larves des autres espèces de coccinelles voire de sa propre espèce. A l'automne, les imagos peuvent se nourrir de fruits.

 

Cas de prédation intra et interspécifiques d'Harmonia axyridis (photos de Catherine GAGNIERE - Marne-51)


Cette espèce a été importée de Chine en 1982 par l'INRA à des fins d'utilisation en lutte biologique (COUTANCEAU, 2006). Après une période d'étude en serres, elle a été utilisée à partir de 1990 en région méditerranéenne sur les pucerons et les psylles dans les vergers. De 1993 à 1995, des essais ont été menés à Paris pour combattre le Puceron du rosier, à Nice dans des serres tropicales et dans le Nord de la France sur le Puceron du Houblon. La commercialisation de la Coccinelle asiatique par la société Biotop a débuté en 1995. En 2000, une souche "sédentaire" a été commercialisée à la place de la souche initiale "bon voilier".

Comparé aux espèces indigènes, la production de la Coccinelle asiatique présente plusieurs intérêts : elle est extrèmement vorace (un adulte est capable de manger 90 à 270 pucerons par jour) et polyphage, présente une fécondité élevée, est facile à nourrir en milieu artificiel... Au final, le coût de production est moins élevé que celui de la Coccinelle à deux points Adalia bipunctata.

En Europe, l'acclimation de la Coccinelle asiatique a été mise en évidence en 2001 en Belgique (SAN MARTIN et al., 2004). Au départ confinées aux abords des grandes villes, les observations se sont rapidement multipliées sur l'ensemble du pays, témoignant de l'expansion rapide de l'espèce. En 2004, la quasi totalité de la Belgique était colonisée.

L'expansion ne s'est pas arrêtée aux limites de la Belgique puisque les premiers individus ont été notés en 2002 aux Pays-Bas (LOOMANS, 2004), en 2004 en Grande-Bretagne (BROWN et al., 2006), au Luxembourg (SCHNEIDER et LOOMANS, 2006) et en Suisse (KENIS, com. pers.). La situation est différente pour l'Allemagne puisque les premiers individus ont été notés dans le secteur de Francfort en 1999 mais l'expansion a été notée en 2002 (TOLASCH, com. pers.). En France, l'espèce a été observée en 2004 (COUTANCEAU, 2006).

La situation n'est pas nouvelle. Introduite par lachers successifs aux Etats-Unis à partir des années 60, la Coccinelle asiatique semble s'être acclimatée au début des années 90 (OTTART, 2005). Depuis, elle s'est répandue très rapidement à l'ensemble des états et a colonisée progressivement d'autres pays du continent américain : Canada en 1994, Argentine en 2001, Brésil en 2002...

Que ce soit en Amérique ou récemment en Belgique, l'expansion s'accompagne d'incidences écologiques et économiques.
Une étude menée par OTTART (2005) dans la ville de Bruxelles a démontré qu'en moins de deux ans, la Coccinelle asiatique est devenue l'espèce dominante. L'expansion s'est accompagnée d'une régression de plusieurs espèces de coccinelles indigènes. Entrant directement en compétition avec les espèces indigènes pour la nourriture et l'espace, elle est également capable de se nourrir des larves des autres espèces (prédateur intraguilde).

Des nuisances sont également rapportées à l'automne. A cette période, les Coccinelles asiatiques se rapprochent des maisons où elles forment des agrégats parfois importants. Elles essaient alors de rentrer dans les habitations pour passer l'hiver. Ces agrégations ne présentent pas de problème sanitaire mais la cohabitation avec l'Homme est parfois difficile.

 

Agrégation automnale d'Harmonia axyridis
(photos de Stéphane MAINSANT- Marne-51)

 

 

Contacts


Vincent TERNOIS
Coordinateur national
Lotissement des tilleuls
10200 THIL
mail : vincathe(at)wanadoo.fr

Bruno DEROLEZ
Corr. régionaux Nord-Pas-de-Calais

brunoderolez(at)hotmail.fr

Adrien ADELSKI
Corr. régional Picardie

adrien.adelski(at)voila.fr

Claire MOUQUET
Corr. régional Basse-Normandie

claire.mouquet(at)wanadoo.fr

Olivier DURAND
Corr. régional Pays de la Loire

o-durand(at)paysdesmauges.fr

Cyril COURTIAL
Corr. régional Bretagne

gretia-bzh(at)orange.frr

Jean-Pierre COUTANCEAU
Corr. régional Ile-de-France

coutance(at)mnhn.fr


Monique PROST
Corr. régional Bourgogne

mprost(at)ville-dijon.fr

Luc BETTINELLI
Corr. régional Franche-Comté

lucbettinelli.cren-fc(at)wanadoo.fr

Hugues MOURET
Corr. régional Rhône-Alpes

hmouret(at)arthropologia.org

Bernard LEMESLE
Corr. régional Centre

lemesle-bernard(at)wanadoo.fr


Frédéric LACOSTE
Corr. régional Auvergne

lacostefrederic63(at)neuf.fr


Vincent ALBOUY
Corr. régional Poitou-Charentes

opiepc(at)orange.fr


Laurent CHABROL
Corr. régional Limousin

coleo.87(at)free.fr

Eric LOMBAERT
Corr. régional PACA

lombaert(at)sophia.inra.fr

Raphaël ROUZES
Corr. régional Aquitaine

contact(at)entomoremedium.com

Pierre-Olivier COCHARD
Corr. régional Midi-Pyrénées
pierre-olivier.cochard(at)wanadoo.fr

------------------------------------------

Emmanuelle FRADIN
Cartographie

cpie.emmanuelle.fradin(at)wanadoo.fr

 

Référence


Merci de préciser la référence suivante dans toutes les publications utilisant des informations de ce site :

TERNOIS V. et coll., 2012. Observatoire permanent pour le suivi de la Coccinelle asiatique H
armonia axyridis (Pallas, 1773) en France. http://pagesperso-orange.fr/
vinc.ternois/cote_nature/
Harmonia_axyridis/